D’après la Lloyd’s, une cyberattaque sur les ports asiatiques pourrait coûter 110 milliards de dollars

D’après la Lloyd’s, une cyberattaque sur les ports asiatiques pourrait coûter 110 milliards de dollars

Un porte conteneur

D’après un rapport de la Lloyd’s de Londres réalisé avec le Cyrim (voir ici pour la vidéo et là pour le rapport PDF) et repris par l’agence Reuters, une cyberattaque sur les ports asiatiques pourrait coûter jusqu’à 110 milliards de dollars, montant équivalent à la moitié du total des pertes liées aux catastrophes naturelles en 2018.

Rappelons d’abord que la Lloyd’s est une entreprise spécialisée dans la couverture des risques commerciaux, et que ceux-ci sont moins souscrits en Europe et en Asie qu’aux États-Unis par exemple.

Le scénarios retenu (cf page 16 du rapport) simule l’infection d’un code malveillant qui serait transporté par des navires et impactant ensuite les base de données des ports. Une attaque sur un port figure dans la short list des scénarios retenus pour le secteur maritime. On se rappelle en effet les attaques dont plusieurs ports ont été victimes en 2018 et des impacts (directs et indirects) associés, voir notre page consacrée aux incidents cyber dans les secteur maritime). Dans ce scénario, cette cyberattaque affecterait 15 ports au Japon, en Malaisie, à Singapour, en Corée du sud et en Chine. 92% (soit 101 milliards de dollars) des coûts économiques associés ne seraient ainsi pas couverts.Les pays ayant des liens avec chaque port seraient également touchés. Ainsi, les pays asiatiques seraient les plus touchés avec 26 milliards de dollars de pertes indirectes, suivis de l’Europe avec 623 millions de dollars Le scénarios retenu (cf page 16 du rapport) simule l’infection d’un code malveillant qui serait transporté par des navires et impactant ensuite les base de données des ports. Une attaque sur un port figure dans la short list des scénarios retenus pour le secteur maritime. On se rappelle en effet les attaques dont plusieurs ports ont été victimes en 2018 et des impacts (directs et indirects) associés, voir notre page consacrée aux incidents cyber dans les secteur maritime). Dans ce scénario, cette cyberattaque affecterait 15 ports au Japon, en Malaisie, à Singapour, en Corée du sud et en Chine. 92% (soit 101 milliards de dollars) des coûts économiques associés ne seraient ainsi pas couverts.

L’Asie regroupe 9 des 10 ports les plus importants au monde (Shangaï, Singapour, Shenzhen, Nigbo-Shoushan, Guangzhou, Busan, Hong Kong, Quindao, Tianjin) et représente donc une étape essentielle dans la chaîne d’approvisionnement de très nombreuses compagnies de part le monde, que ce soit dans le secteur automobile, manufacturier ou encore l’électronique. Le rapport estime ainsi que l’impact dépasserait largement le continent asiatique, qui subirait 26 milliards de dollars de pertes indirectes, suivi par l’Europe (et oui) avec 623 millions de dollars et l’Amérique du nord avec 266 millions de dollars (cela dépendrait aussi évidemment de la durée de l’évènement et de la difficulté de coordination internationale dans le cadre d’un tel évènement).

1 commentaire pour l’instant

Veille Cyber N258 – 25 novembre 2019 | Publié le11 h 18 min - 25 novembre 2019

[…] D’après la Lloyd’s, une cyberattaque sur les ports asiatiques pourrait coûter 110 milliards de… […]

Les commentaires sont fermés.

Les commentaires sont fermés.