Le rançongiciel Ryuk entraîne plus de 30 heures d’interruption d’activité pour un acteur du monde maritime

Le site Internet des gardes-côtes américains (impliqués dans le cyberespace, comme évoqué dans cet article) nous l’apprend : un opérateur du monde maritime américain a été impacté par le rançongiciel “Ryuk”. Ce code malveillant n’est pas un inconnu, puisqu’il a fait se premières apparitions à l’été 2018 et a déjà touché de nombreuses sociétés, comme

Lire la suite

D’après la Lloyd’s, une cyberattaque sur les ports asiatiques pourrait coûter 110 milliards de dollars

D’après un rapport de la Lloyd’s de Londres réalisé avec le Cyrim (voir ici pour la vidéo et là pour le rapport PDF) et repris par l’agence Reuters, une cyberattaque sur les ports asiatiques pourrait coûter jusqu’à 110 milliards de dollars, montant équivalent à la moitié du total des pertes liées aux catastrophes naturelles en

Lire la suite

Les tensions US/Iran dans le Golfe persique font craindre (encore) du leurrage/brouillage GPS

L’administration américaine a émis un bulletin d’alerte à destination des navires transitant dans le Golfe persique et à proximité. Parmi les risques listés : des interférences GPS (brouillage/leurrage), mais aussi de l’intrusion, du brouillage et de l’usurpation dans les communications VHF avec les navires, certains navires se faisant passer pour des navires américains ou de

Lire la suite

La marine américaine et ses partenaires font face à un déluge de cyberattaques.

Après un premier article alarmant la semaine dernière, l’article du 12 mars 2019 du Wall Street Journal confirme les craintes liées au milieu maritime militaire américain. Évoquant un rapport interne de 57 pages, remis au secrétaire d’état à la Navy Richard Spencer, le journal affirme que la marine américaine et ses partenaires industriels sont en

Lire la suite

Des cyberattaques chinoises auraient visé le secteur maritime militaire

D’après le Wall Street Journal, des cyberattaques d’origine chinoise auraient visé, depuis au moins Avril 2017, au moins 27 universités du Canada, d’Asie du sud-est et des États-Unis, parmi lesquelles le MIT, les universités d’Hawaï et de Washington. La cible ? L’objectif aurait été de récupérer des informations sensibles relatives aux technologies militaires du secteur

Lire la suite